Compte-rendu de la réunion du Conseil Syndical du 27 mai 2020

  1. Travaux votés en AGO le 21 janvier 2020
    Gérald Aubard indique que les commandes ont été passées à l’entreprise EMGE pour la sécurité anti-intrusion de notre Résidence et à l’entreprise Intelligence Trading pour la mise en place d’une vidéo surveillance dans les halls et parkings.
    Jean-Michel André fait le point des devis en cours de finalisation pour l’aménagement du hall du Bt A.
  2. Travaux futurs
    Jean-Claude Bordenave rappelle les résultats des constats effectués par ses soins relatifs aux défauts d’étanchéité de nombreux balcons entrainant des dégradations importantes de la peinture des sous-faces des balcons, nuisant à l’esthétique de nos bâtiments.
    Il estime que les travaux ponctuels réalisés année après année n’ont pas donné satisfaction et ne sont pas à la hauteur du problème.
    Hervé Biseau rappelle que nos balcons ne sont pas étanches d’origine et que le coût de cette étanchéité avait été jugé prohibitif au moment du ravalement.
    Il est décidé qu’un groupe de travail va étudier la faisabilité de ces travaux d’étanchéité, la solution technique la meilleure, les coûts correspondants, l’échelonnement possible, façade après façade, avant de proposer ces travaux éventuels à la prochaine AGO.
    Le groupe de travail à constituer s’adjoindra les compétences d’un architecte. Un copropriétaire serait le bienvenu.
    Hervé Biseau indique qu’il va reprendre le sujet du curage de nos descentes d’eaux usées, les travaux réalisés par Techmo-Hygiene en 2018 ne semblant pas avoir donné satisfaction et, de toute façon, n’ayant fait l’objet d’aucun compte rendu, aucun PV de Réception.
    Le remplacement de nos interphones devra également être mis à l’ordre du jour de notre prochaine AGO
  3. Questions Diverses
    1. Horaires d’ouverture de la Loge
      À compter du lundi 1er juin, les horaires normaux seront remis en vigueur.
    2. Déchets
      De nombreuses incivilités sont constatées, compliquant le travail de notre gardien (voir photo ci-dessous de cartons vides et non pliés comme indiqué dans chaque local) et allant à l’encontre des règles d’hygiène (prolifération des rats et souris).
      Un petit groupe de travail devra se pencher sur l’utilisation des vide-ordures, leur suppression éventuelle (escalier par escalier), l’intérêt de procéder au carrelage des murs des locaux vide-ordures, des consignes à rappeler concernant le tri des déchets, leur entreposage, etc.

      Cartons vides et non pliés comme pourtant clairement indiqué dans chaque local…
      C’est donc aux gardiens de le faire ?

    3. Rampes d’accès aux C5, C6 et C7
      Sachant qu’aucune rampe satisfaisant aux normes d’accessibilité actuelles ne peut être installée, une nouvelle étude sera réalisée pour voir s’il y a moyen de mettre en place une rampe qui améliorerait néanmoins l’accès des voitures d’enfants, des caddies, voire des fauteuils roulants.
    4. Utilisation du jardin (côté cour)
      Le Conseil Syndical estime qu’il serait regrettable que l’amélioration des conditions de voisinage constatée pendant la période de confinement en même temps que la possibilité pour les enfants de la résidence d’avoir un endroit pour se détendre ne puissent pas perdurer.
      La tolérance actuelle sera maintenue jusqu’au 1er septembre 2020.
      À partir de cette date, l’utilisation de ce jardin par les enfants de la Résidence et leurs parents sera maintenue à titre provisoire sous certaines conditions d’horaires et dans le respect de la tranquillité du voisinage.
      Cette cour avec son banc et son jardin sera, de plus en plus, un lieu de convivialité.
    5. Règlement de copropriété
      Ce document de 1971, déjà modifié en 1985, mérite d’être revu sur beaucoup de points où il n’est plus conforme à la réalité.
      Un groupe de travail sera constitué pour proposer une nouvelle rédaction de certains articles, avant que le nouveau texte soit soumis au vote d’une prochaine AG.
    6. Fête des Voisins
      Une nouvelle date pourrait être envisagée en septembre, en fonction de l’évolution de la pandémie.

Hervé Biseau

Accès des entreprises à votre appartement

L’entreprise Hysia interviendra cette semaine dans tous les appartements pour la lutte contre les insectes (fourmis notamment).

L’entreprise Gereco interviendra la semaine prochaine dans tous les appartements pour la vérification des robinets et chasses d’eau.

Les techniciens de ces entreprises seront masqués et munis d’un flacon de gel hydro-alcoolique.

Compte tenu de l’enjeu collectif de ces interventions dans les parties privatives (les insectes passent d’un appartement à un autre et les consommations d’eau sont payées par tous), je demande à chaque résident de permettre le libre accès aux techniciens de ces entreprises.

Accueillez-les avec les distances réglementaires, mais

Accueillez-les.

Hervé Biseau

Paris au début du 20ème…

Paris 1928. Ce sont encore «les Années folles», cette période extraordinaire de l’après-guerre.
Le Figaro nous propose quatre extraits de films signés  et tournés juste avant la grande dépression. Par ces temps de confinements, c’est un vrai bol d’air.

«Artisan du cinéma» comme il se définissait lui-même, André Sauvage était tout à la fois musicien, écrivain et cinéaste. Ce Bordelais qui avait déjà filmé la Grèce était monté à Paris avant la guerre pour en capturer la beauté avec son caméscope. Tel un peintre composant des études, Sauvage nous a livré une succession de courts-métrages qui nous emmènent des ports de Paris à la Petite Ceinture en passant par les îles de la Seine, de la Tour Saint-Jacques à la Montagne Sainte-Geneviève

Comment se déplaçait-on à Paris en 1928? Cet extrait nous montre l’étonnante cohabitation de calèches et leurs chevaux, d’automobiles, de petits autobus et de piétons.
(cliquez sur en bas à droite de la vidéo pour l’agrandir)

Bien avant La Terre vue du ciel de Yan Arthus Bertrand, André Sauvage savait user des prises de vues aériennes, pour lesquelles il emportait son caméscope en haut des monuments, sur les toits des immeubles et les balcons.

Paris était déjà la capitale de la mode 1928. Impossible donc de ne pas vous montrer les tenues en vogue à cette époque! Le chapeau est omniprésent pour les hommes comme pour les femmes, même pour les enfants des beaux quartiers.

Les enfants. À tricycle, avec des cerceaux, jouant à la corde à sauter, à la balançoire. De tous âges et de toutes conditions sociales.

Source : Le Figaro

Bonus :

 

Confinement Covid-19

Cher tous,
Au début de cette troisième semaine de confinement, je voudrais, au nom du Conseil Syndical, vous souhaiter à tous beaucoup de patience et de tolérance et vous encourager à ne pas baisser la garde en continuant à vous protéger et, de ce fait, à protéger les autres.

Cette période est particulièrement difficile à vivre pour les personnes seules, les malades, les familles avec enfants.
Des actions spontanées de solidarité ont été initiées pour pallier les cas les plus critiques.
Nous pouvons faire plus encore, sans abuser pour cela du dévouement de nos gardiens.
Je demande aux personnes qui auraient besoin d’aide sous une forme ou une autre de se faire connaître en utilisant l’adresse internet suivante :

N’hésitez pas à nous faire part de vos besoins éventuels : courses, prêt de matériel, prêt de livres ou de DVD, conseils en informatique ou autres.
Les courses ou les matériels prêtés seront déposés devant votre porte et les conseils vous seront donnés par téléphone ou via internet.
Ainsi les règles de confinement seront respectées et un surplus de solidarité entre nous pourra se manifester.

Toutes les initiatives sont les bienvenues pour nous aider tous à traverser cette épreuve.

Je souhaite qu’à l’issue de celle-ci, nous soyons très nombreux à sortir (enfin !) de chez nous pour participer à notre Fête des Voisins, le samedi 13 juin, et faire revivre notre Résidence, avec un air de fête.

Hervé Biseau

Paris au 19ème…

Bien que ces images n’aient aucun rapport avec notre arrondissement, je les trouve tellement émouvantes que j’avais envie de les partager avec vous…

Tounée entre 1890 et 1900 cette vidéo restaurée par Guy Jones, permet de nous immerger dans Paris et le quotidien des habitants de cette époque. En 1895 grâce aux Frères Lumière, qui ont inventés le cinéma, ce court-métrage de six minutes a permis de mettre en scène plusieurs quartiers célèbres de la capitale comme Notre-Dame, les Champs-Élysées, la Place la Concorde, la Tour Eiffel, des pompiers à cheval, des enfants jouant avec des petits bateaux dans le jardin des Tuileries, etc… Lors de la restauration, pour que les mouvements soient plus naturels et afin d’y ajouter le son, le film fut ralenti.